Skip to content
Back to archive

Actu Legacy

Experience Hendrix L.L.C.

Experience Hendrix L.L.C. en partenariat avec Legacy Recordings, proposeront le tout nouveau documentaire « Music, Money, Madness . . . Jimi Hendrix In Maui », ainsi que l’album « Live In Maui » qui l’accompagne, le 20 novembre prochain (4 décembre pour le vinyle). Le film raconte la visite du Jimi Hendrix Experience à Maui et comment ils furent en quelque sorte pris au …

mercredi 30 septembre 2020
JH MAUI COVER-227244556
Experience Hendrix L.L.C.


Experience Hendrix L.L.C. en partenariat avec Legacy Recordings, proposeront le tout nouveau documentaire « Music, Money, Madness . . . Jimi Hendrix In Maui », ainsi que l’album « Live In Maui » qui l’accompagne, le 20 novembre prochain (4 décembre pour le vinyle).

Le film raconte la visite du Jimi Hendrix Experience à Maui et comment ils furent en quelque sorte pris au piège par Rainbow Bridge le film « maudit » produit par leur controversé manager Michael Jeffery.

Le Blu-ray comprendra le documentaire complet ainsi que des bonus comprenant tous les films couleur 16mm existants tournés des deux concerts de l’après-midi, mixés en stéréo et en son ambiophonique 5.1. Le package comprendra le Live In Maui – les deux sets susmentionnés répartis sur 2 CD ou 3 vinyles, récemment restaurés et mixés par l’ingénieur de longue date de Jimi Hendrix, Eddie Kramer, et masterisés par Bernie Grundman. « Voodoo Child (Slight Return) » premier extrait de ce concert historique est disponible sur les plateformes de streaming

Au milieu des années 1970, Jimi Hendrix travaille sur un album qui fera suite à Electric Ladyland avec ses compagnons du groupe : Mitch Mitchell (batterie) et Billy Cox (basse), tout en se produisant en tête d’affiche de festivals et de concerts de stade à travers les États-Unis et en poursuivant la construction des Electric Lady Studios dans le Greenwich Village de Manhattan. Le financement de cette installation d’enregistrement de pointe s’avère être une entreprise coûteuse… Son manager, Michael Jeffery, a donc obtenu une avance de 500 000 dollars de Warner BrosBadge Registered pour financer le reste des installations nécessaires à l’achèvement du studio. Lors de ces négociations, Jeffery a convaincu les dirigeants de Warner BrosBadge Registered de financer un film intitulé « Rainbow Bridge » qui doit être tourné à Maui, en échange des droits sur son prochain album composé de nouveaux enregistrements studio de Jimi Hendrix.

Inspiré d’Easy Rider et réalisé par l’acolyte de Warhol, Chuck Wein, le film de Jeffery s’articulait autour de l’idée d’un « pont arc-en-ciel entre les mondes non éclairés et éclairés ». Il était prévu de faire figurer du surf, du yoga en passant par de la méditation et du Tai-Chi, tout ceci filmé sans l’aide d’un scénario ou d’acteurs professionnels ce qui s’avera au final être un assemblage disparate d’excès hippies en tous genres… laissant Jeffery dans l’inquiétude de voir son investissement dilapidé.

L’Expérience était déjà engagé pour un concert à Honolulu, à la H.I.C. Arena, le 1er août 1970. Chuck Wein, désireux de faire figurer Hendrix dans le film, avait conçu le projet de filmer une « libre expérience vibratoire couleur/son »  sur la pente inférieure du volcan Haleakala en sommeil. Le bouche à oreille d’un concert gratuit de Jimi Hendrix conduisit quelques centaines de locaux Maui curieux au ranch de bétail Baldwin à Olinda où une scène de fortune avait été construite et où le public était disposé selon son signe astrologique.  Le spectacle fut un succès – le trio était au sommet de sa forme pour les 2 deux sets sans faille sur fond d’un décor naturel époustouflant.

Experience Hendrix L.L.C.

Après sa performance à Maui, Hendrix retourna à New York et travailla aux Electric Lady Studios. Il ne participa plus à Rainbow Bridge. Il partit pour l’Europe à la fin du mois d’août pour être la tête d’affiche du grand festival de l’île de Wight et entamer une tournée européenne. Tragiquement, il mourra à Londres le 18 septembre 1970. 

The Cry Of Love, le premier album des enregistrements posthumes de Jimi Hendrix, est sorti en 1971 et a été largement salué par le public et la critique. Jeffery préparait Rainbow Bridge et la bande sonore qui l’accompagne pour être l’album suivant. Malgré la présence d’ Hendrix, le film est un échec commercial. Rainbow Bridge sème la confusion parmi les spectateurs, dont beaucoup pensaient aller voir un film de concert… Or le montage final comprenait seulement 17 minutes d’images de concert d’Hendrix, montées au hasard, mais qui se sont avérées être la grâce salvatrice du film. En raison de problèmes techniques inhérents à l’enregistrement original des représentations de Maui, Mitch Mitchell a dû réenregistrer ses pistes de batterie aux Electric Lady Studios en 1971. 

Eddie Kramer se souvient :

« Mitch a fait un travail énorme sur les overdubs. Quand il ne l’a pas fait en une seule prise, il l’a fait en seulement deux et j’ai été absolument époustouflé par sa capacité à reproduire les parties qu’il avait déjà jouées ! Il était déterminé à réparer ce qui souffrait sur les enregistrements à cause des bourrasques de vent de 50 miles à l’heure parce qu’ils jouaient sur le flanc d’un putain de volcan! Après la mort de Jimi, il a fallu un certain temps avant que je puisse retourner dans la réserve avec toutes les bandes. C’est très bien de faire des overdubs de batterie, mais le faire de façon à ce qu’on ne puisse pas s’en apercevoir, c’est ça la magie ! Mitch connaissait extrêmement bien le répertoire et je rends hommage à sa sensibilité de musicien d’exception et de compagnon artistique de Jimi ».

L’album posthume de la BOF de Rainbow Bridge, préparé par Mitch Mitchell, Eddie Kramer et John Jansen, était de première qualité et comprenait des classiques tels que « Dolly Dagger » et « Hey Baby (New Rising Sun) ». L’album n’incluait cependant pas les morceaux du concert de Maui, ce qui a pu également ajouter à la confusion des consommateurs.

Réalisé par John McDermott et produit par Janie Hendrix, George Scott et McDermott« Music, Money, Madness . . . Jimi Hendrix In Maui » intègre des séquences inédites et de nouvelles interviews de participants et d’acteurs clés tels que Billy Cox, Eddie Kramer, les dirigeants de Warner BrosBadge Registered et plusieurs membres de la distribution de Rainbow Bridge, ainsi que son réalisateur Chuck Wein. Leur récit fascinant raconte l’histoire définitive de l’un des films indépendants les plus controversés jamais réalisés.  

Le documentaire met en scène le proverbial Live In Maui – les deux sets complets de Jimi Hendrix Experience, comprenant des interprétations à couper le souffle de classiques comme « Foxey Lady », « Purple Haze » et Voodoo Child (Slight Return) », ainsi que des chansons alors inédites comme « Dolly Dagger » et « Freedom » qui montraient la nouvelle direction vers laquelle Hendrix se dirigeait. 

« Jimi aimait l’aventure et il n’en a certainement pas manqué pendant son séjour à Hawaï, un endroit qu’il adorait », déclare Janie Hendrix« L’histoire du Rainbow Bridge et ces enregistrements montrent l’étonnante capacité de Jimi à transformer le bizarre en quelque chose d’incroyable ! Nous sommes très heureux de cette sortie car elle permet au monde entier d’avoir une meilleure perception du génie de Jimi ».

Voir la bande annonce de « Music, Money, Madness… Jimi Hendrix in Maui » :

Regarder la performance de Jimi Hendrix Experience “Voodoo Child (Slight Return)” du 30/07/70 : https://jimihendrix.lnk.to/mauivoodoo

Pré-commander « Music, Money, Madness… Jimi Hendrix in Maui » ici : https://HendrixMaui.lnk.to/zHRVlgWE