Miles Davis

La légende du jazz

Projecteur sur la légende du jazz, Miles Davis, notre artiste du mois de Juillet !

lundi 15 juillet 2013

Né le 26 mai 1926 à Alton, dans l’Etat de l’Illinois aux États-Unis, Miles Dewey Davis III grandit à East Saint Louis et débute l’apprentissage de la trompette à l’âge de 13 ans. Après le lycée, il déménage à New York en 1944 pour étudier à la célèbre et prestigieuse Julliard School of Music où il développe ses qualités techniques et ses connaissances théoriques. Ses premiers enregistrements datent de 1945.

Musicien de scène et de studio comptant parmi les plus révolutionnaires et influents du XXème siècle, Miles Davis est après la Seconde Guerre mondiale à l’avant-garde de quasiment toutes les phases de l’évolution du jazz américain, du bebop au rock-jazz-funk-fusion (ce qui lui vaut d’entrer au Rock and Roll Hall of Fame en 2006) en passant par le cool jazz ou encore le jazz modal. Il meurt le 28 septembre 1991, laissant derrière lui un immense répertoire qui demeure à la fois avant-gardiste et intemporel.

Compositeur et trompettiste de génie, Miles Davis a été à la tête de certains des plus talentueux et extraordinaires groupes de l’histoire du jazz. Il faisait partie de ces rares artistes parvenant à atteindre un succès à la fois critique et commercial avec une vision avant-gardiste sans compromis. En 2008, son chef-d’œuvre de 1959, Kind of Blue, est certifié quadruple disque de platine, confortant ainsi un peu plus sa place d’artiste jazz le plus vendu de tous les temps. En décembre 2009, la Chambre des représentants des Etats-Unis vote une résolution symbolique qui « honore le 50ème anniversaire de l’enregistrement de Kind of Blue (…) et réaffirme que le jazz est un trésor national. »

Cette année, c’est « Seven Steps to Heaven » qui fête ses 50 ans.

En avril 1963 son quintette (avec John Coltrane) dissous, Miles emmène sur la Côte Ouest le saxophoniste George Coleman, que lui a recommandé John Coltrane, et Ron Carter, jeune diplômé de la Manhattan School of Music déjà très actif à New York. Lors d’une séance en studio, ils sont rejoints par Frank Butler, batteur en vue de la scène noire locale, et Victor Feldman, pianiste d’origine anglaise. Le choix du répertoire témoigne de l’ascendant de ce dernier qui signe Joshua, cosigne « Seven Steps To Heaven » et recommande So Near, So Far composé par deux concitoyens britanniques. Pourtant, ne seront retenues que trois ballades jouées en quartette sans saxophone. Les trois autres pièces, plus enlevées, Miles les réengistrera de retour à New York (en mai 1963) avec le jeune batteur qu’il vient de repérer chez Jackie McLean, Tony Williams. Victor Feldman resté en Californie, Herbie Hancock complète ce nouveau quintette dont Miles surveille les répétitions deux jours durant par l’interphone de son appartement. Le troisième jour, il se joint à eux puis les entraîne le lendemain en studio. Il sait que cet orchestre va casser la baraque.

 

Les amateurs de longue date mais aussi les fans à venir sont invités à découvrir ou redécouvrir Miles Davis, Artiste du Mois de Legacy Recordings.